maj_bouton

Majipoor est à l'origine peuplée par une race humanoïde étonnante, les Piurivars, que les terriens, qui l'ont colonisée il y a quatorze mille ans, nomment Changeformes ou Métamorphes, en raison de leurs capacités morphologiques, à changer d'apparence à leur gré. Au fil des millénaires, les différents entre colons et les natifs donnèrent lieu à une longue guerre qui se termina par la défaite des Piurivars. Leur vainqueur, Lord Stiamot, les relégua dans une vaste réserve au centre de Zimroel. (Chroniques de Majipoor)

 

velalisierruines_dbp

Les ruines de vélalisier, l'antique capitale des Piurivars. (Illustration Anders Finer © 2005 Marvel Comics/Dabel Brothers Productions)

 Aujourd'hui Majipoor est dominée par les descendants des terriens, même s'ils ont vu, au fil des millénaires, leur riche civilisation technologique suivre une lente régression.

chroniques_harrison

6000 ans après l'arrivée des premiers colons humains, Lord Stiamot met fin à la guerre contre les Piurivars en incendiant leurs territoires. Les terriens possédaient encore des armes capables de faire la différence. (Chroniques de Majipoor - Illustration Mark Harrison © 1989 Bantam)

 Certes l'électricité illumine toujours les grandes villes, et une machinerie complexe entretient un printemps éternel au sommet du Mont du Château, car si les humains ont perdu les secrets des anciens, ils savent néanmoins entretenir ce qui existe. Mais de nombreux artefacts technologiques ne fonctionnent parfois, que grâce à des "aménagements". Ainsi les flotteurs, héritage de la maîtrise de la sustentation magnétique ou magnétohydrodynamique, sont parfois tirés par des bêtes de trait. Quelle ironie !
Des armes de poing énergétiques subsistent toutefois, comme les lanceurs d’énergie, mais désormais, les armées de Majipoor s’affrontent avec des épées, des lances et toutes sortes d’armes de taille et d’estoc. Elle est loin l'époque des guerres de Lord Stiamot contre les métamorphes, où des engins volants parcouraient le ciel, pour incendier les positions ennemies. Les seules armes de destructions massives, encore en ligne, sont des lanceurs montés sur des Mollitors, sortes de pachydermes cuirassés, agressifs et peu fiables !

 

chroniques2_jimburns

La grande ville de Ni-Moya sur le continent d'Alhanroel. . Des tours étincelantes, vestiges de la grandeur humaine, parcourue par des flotteurs privés à propulsion magnetohydrodynamique.(Le Chateau de Lord Valentin - Illustration Jim Burns © 1983)

 Autre singularité technologique, l’absence totale de moyens de communication instantanée. Ce qui est un comble sur une planète où les distances sont considérables. On s’informe donc par coursier. Encore que, dans certains cas, la communication entre les détenteurs du pouvoir peut se faire grâce aux bandeaux, particulièrement celui de la Dame des rêves, et dont la technologie n’a pas progressé en quinze mille ans. 
La raison de cette régression est la conséquence de la rareté des minerais, qui permet en retour la vie sur la planète géante. Pas de minerai, pas d'industrie lourde. Pas d'industrie, pas de technologie de pointe.

roi_maronski

Des navires de commerces ou dragonniers avec le vent comme seule propulsion, pour relier les trois immenses continents de Majipoor. (Illustration Maronski © Solaris)

 Au fil des siècles, Majipoor s'est donc tournée vers les forces de l’inconscient, et de la magie ! La technologie défaillante est largement épaulée par les pouvoirs surnaturels. Les batailles et le pouvoir se gagnent grâce aux qualités d'invocations de leurs conseillers, mages et magiciens de tous poils. Et quand je dis poils, je confirme ainsi que les humains ne sont pas les seuls à détenir les qualités requises pour ce genre d'exercices.

Ainsi, cet habile mélange, de techniques entretenues et de magie, profite au système politique de la grande planète, et génère donc un état policier libéral mais implacable, équilibré entre les rêves apaisants de la Dame, et les manipulations punitives ou préventives du Roi des rêves. Dans les deux cas, si les manifestations des pouvoirs semblent surnaturelles, et elles le sont quelque part, elles restent néanmoins le fruit de la technologie.

 

maj_bouton