cycle_prestmion

 

 

maj_bouton

A l’image d’une saga hollywoodienne bien connu, Robert Silverberg a choisi de commencer par le cycle se situant dans la trame temporelle la plus récente. Le second cycle, souvent nommé Cycle de Prestimion, se loge donc, dans l’histoire de Majipoor, mille ans avant le règne de Valentin. Plus politique, plus tourmentés et plus riches des caractères de ses personnages, il nous propose trois nouveaux volumes pour découvrir l’importance des institutions étonnantes de Majipoor. 
Particularité de ce cycle, on y retrouve le tryptique shakespearien des oeuvres dites historiques : ordre, désordre, retour à l'ordre. La légitimité d'un roi est contestée et son pouvoir est défié. Silverberg allant même jusqu'à "copier" involontairement le principe des tétralogies historiques de son aîné, et comme lui, écrit la seconde tranche avant la première. 
Face à Shakespeare, Silverberg cultive aussi l'éloge de l'unité et la justification de la monarchie pour la conserver. Ce qui est particulièrement vrai dans "Les Sorciers de Majipoor". Comme l'Angleterre, considérée comme l'héroïne des textes de Shakespeare, c'est Majipoor ici, la nation unique vue au travers de la monarchie. Bien que composée de trois continents, Majipoor est une et indivisible, perdue au milieu des flots, isolée du reste du monde, loin de la vielle Terre, comme l'Angleterre, détachée du continent.
Robert Silverberg emprunte aussi aux tragédies légendaires de l'auteur élisabéthain.
Entre le Roi Lear et Prestimion, c'est la dramaturgie des premières parties qui sont focalisées dans un seul lieu, avec quelques personnages principaux autour desquels tout tourne comme dans le théâtre classique : Un trône, deux prétendants, des comploteurs, des traîtres...

select_sorciers

Dans le premier, Les Sorciers de Majipoor, Confalume, alors Coronal, s'apprête à accéder à la charge suprême de Pontife. Il va désigner Prestimion comme son successeur légitime. Mais Korsibar, le fils de Confalume se verrait bien maître de la planète géante. Poussé par sa soeur Thismet, il recourt aux talents d'un sorcier pour prendre le pouvoir. C'est une guerre terrible qui s'annonce.
Nous sommes ici, un millénaire avant le règne de Valentin, à une époque où Majipoor n'a pas encore de Roi des Rêves. Cela permet à Robert Silverberg de négocier une approche différente au cycle de Majipoor. Plus politique la psychologie des personnages est nettement plus fouillée qu'auparavant. Et si Prestimion n'a pas le charisme d'un Valentin, on comprend aisément qu'il ne recherche le pouvoir, moins pour le bien-être de ces sujets, que pour défendre la légitimité des institutions de Majipoor.

 

select_prestimion

Prestimion le Coronal en est la suite directe. Le vainqueur de la guerre des sorciers a décidé de rendre la paix à Majipoor. A son tour, il fait appel à la magie pour effacer de la mémoire collective les évènements tragiques de son début de règne. Mais la folie gagne les esprits vidés par le charme d'oubli. De sombres nuages envahissent à nouveau le ciel de Majipoor.
On retrouve ici le même sujet que précédemment, toutefois limité par une intrigue "cousue de fils blancs", ai-je lu ailleurs. Sans aller jusque-là, le principe de l'effacement partiel de la mémoire des habitants de Majipoor est un peu grossier, et l'on échappe tout juste à l'ennui.

--------------------------

 

Après ces deux chapitres, je serais tenté de clore le cycle de Prestimion, pour ouvrir celui de Prestimion et Dekkeret. Mais un roman ne fait pas un cycle, même avec presque 500 pages.


--------------------------

select_roi

Le Roi des Rêves s'ouvre donc vingt ans plus tard, avec une nouvelle double succession. Prestimion devient Pontife et nomme Lord Dekkeret à la charge de Coronal. Ils devront lutter ensemble contre Mandralisca un goûteur devenu Conte de Zimroel, et qui s'est emparé d'un casque étrange qui permet de contrôler les pensées, à distance.
En dehors d'un nouveau périple dans des contrées hostiles et quasi inexplorées de Majipoor, ce roman nous offre surtout un éclairage nouveau sur la manière dont se sont mis en place les rouages complexes du pouvoir et en particulier celui du fameux Roi des Rêves. Robert Silverberg réalise au passage, une suite à l'une des histoires courtes lues dans les Chroniques de Majipoor, Le Désert des Rêves Volés.

 

maj_bouton

Lien vers le Cycle de Valentin

Lien vers les Montagnes de Majipoor

Lien vers nouvelles additionnelles